Photos d’Anny DUPEREY

Anny Duperey, vous connaissez bien sûr ! Le cinéma, le théâtre, la télévision, les romans et… la photographie amateur pendant 20 ans. Dans son livre Les photos d’Anny, elle écrit un nouveau chapitre de sa biographie en dévoilant, pour la première fois, une sélection de ses photos et quelques clichés de son père Lucien Legras accompagnée d’un récit émouvant.

Seuil

De l’importance des photos d’Anny Duperey

Petite-fille de projectionniste de cinéma, fille de photographes, Anny Duperey pouvait-elle échapper au virus de la photographie ?
Ses parents meurent lors d’un tragique accident domestique quand elle a huit ans. Avant l’âge de 23 ans :

(la photo) cela m’intéressait peu. Il était mort et sa jeune carrière avec lui – qu’y avait-il à chercher ? C’était fini.

Et pourtant… la rencontre avec un photographe amateur qui lui prête son appareil photo déclenche une véritable passion pour la photographie en noir et blanc.
Elle achète un appareil photo Leicafleix et surtout un téléobjectif 180 mm.

J’étais carrément amoureuse de ce 180 mm, pourtant épouvantablement lourd à manier tant il apportait de magie, de moelleux à l’image.

Anny Duperey relate également l’aventure de son laboratoire personnel de développement photographique, ses rencontres, ses amis, la démolition du Sud-Montparnasse… je vous laisse découvrir.

Des portraits, des paysages, des natures mortes figurent dans le livre d’Anny Duperey.

Photo d’Isabelle Adjani 18 ans par Anny Duperey

Les photos du père d’Anny : photographe inconnu

Les négatifs des photos prises par son père, Lucien Legras, ont été enfermés dans “le tiroir-sarcophage”…
À la quarantaine et au détour d’un concours de circonstances Anny Duperey se décide.

Lorsque le tiroir fut ouvert, que je découvris le trésor enfermé là, je tentai de le refermer, effrayée par la découverte des images de mon enfance oubliée, par le long et dur chemin que je pressentais avoir à faire, guidé par ces photos de mon père.

Les clichés du père disparu provoque un tsunami émotionnel, une surprise troublante, une prise de conscience, l’écriture du livre Le Voile noir “autour du non-souvenir”.

Comment continuer comme si de rien n’était ?

Anny Duperey arrête quasiment aussitôt la photographie en noir et blanc.
Elle affirme dans une interview qu’à cette époque de sa vie elle ne voyait plus que

le côté dramatique de la photographie et de la prise de photographie :

on photographie ce qui ne sera plus.

Elle décide cependant de photographier ses enfants mais en couleurs et avec un appareil photo numérique pour leur laisser un témoignage de leur enfance heureuse.

Patricia (sa soeur) et Anny ont rassemblé de nombreux clichés de leur père dans un livre, 35 ans après sa disparition.

Le plaisir de photographier

Mais, me direz-vous, Anny Duperey a-t-elle retrouvé le plaisir de la photographie ?

Mon sac est prêt !

C’est la dernière phrase du livre terminé en Creuse, le 28 juillet 2018.

Et vous, prenez-vous plaisir à photographier ?

Je ne résiste pas au plaisir de partager quelques clichés dont je suis fière.

Coïncidence
Fenêtre sur la montagne
Lune en sol
Pause au sommet

Vous aimerez retrouver les livres d’Anny Duperey :

Et les chroniques du Défi Lecture- Écriture.

  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.