Le parcours d’un artiste français : Jacques MONORY

L’artiste français Jacques MONORY est mort le 17 octobre 2018, revenons sur son parcours.
On retiendra de Jacques Monory, une couleur, le bleu ; un univers, le noir et une passion pour le cinéma et la photographie. Il était, tout à la fois peintre, photographe, cinéaste et auteur.

For murder car de l'artiste français Jacques MONORY

 

Le parcours de Jacques MONORY

Jacques Monory est né en 1924. Après des études à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Appliqués, il travaille aux éditions Robert Delpire, spécialiste de la photographie.
A partir de 1962, il peint des œuvres abstraites : « Le résultat a été monstrueux. (…) J’ai tout détruit. ».
En 1964, il participe à l’exposition intitulée « Mythologies quotidiennes » de Gassiot-Talabot au Musée d’Art Moderne de Paris. Cette exposition marque les débuts de la Figuration Narrative, courant né dans les années 60 en réaction à l’art abstrait. Jacques Monory en sera l’un des représentants majeurs.
Deux séries de peintures, l’une en 1968, Les Meurtres et l’autre en 1969-1971, Velvet Jungle le révèlent.

Le bleu et le noir

Le bleu est sa couleur emblématique, sa signature chromatique pour peindre un univers noir. Un univers peuplé de voitures, de révolvers, de meurtres mais aussi de femmes et où rode la mort. Au sujet de sa série Les Meurtres, il déclarait : « J’ai fait des meurtres, en fait, parce que ma femme m’avait laissé tomber. J’ai ressenti cela comme un meurtre. Je me suis peint comme agressé dans le premier tableau de la série. On voit une dame qui tient un révolver et de l’autre côté de l’image déchirée par la trajectoire de la balle, moi qui l’ai dans le ventre. Après j’ai peint des morts mais ce n’était plus moi. ».

Une passion pour le cinéma et la photographie

Il est réalisateur de films dont Ex- en 1968 et Brighton Belle en 1974.
Le cinéma et les romans noirs ont nourri son œuvre.
La photographie est souvent à la base de ses tableaux. Il travaille d’après des photographies ; celles des autres ou les siennes tirées de ses films.
« Je trouve le monde très violent. On ne peut pas dire le contraire. Il l’a toujours été. Hier comme maintenant. »

Pour aller plus loin
Découvrir ou redécouvrir l’œuvre de l’artiste français Jacques MONORY sur son site

ou en lisant ces ouvrages.

  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 + 10 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.