Haiku : Poème Court Japonais d’Hier et d’Aujourd’hui

Haiku, muki-haiku, haijin, shijin, kigo… pas besoin de parler le japonais pour apprécier la magie des poèmes courts japonais. Corinne Atlan et Zéno Bianu sont les auteurs de deux anthologies du poème court japonais : ils ont choisi, traduit des haikus des figures tutélaires ancestrales et des haikistes contemporains. Découvrez avec moi le haiku, “plus encore qu’un poème, un mode de vie, un style d’être, une approche sensuelle du monde“.

Haiku, poème court japonais d'hier et d'aujourd'hui
Photo Unsplash

Haikus d’hier : Bashô, Issa et Shiki…

Le haiku est un genre à part dans le monde de la poésie. L’auteur de haikus est appelé haijin pour le distinguer du poète classique nommé shijin.

Corinne Atlan et Zéno Bianu

La construction du poème japonais court répond à des règles ancestrales prenant ses racines aux XV-XVIe siècles :

  • un découpage classique : un tercet de 5/7/5 syllabes ;
  • un mot de saison : le kigo ;
  • un sens de l’humour ;
  • une voie vers la beauté“.

L’art du haiku, exprimer l’inexprimable.

Bashô (1644-1694), le patriarche du haiku serait l’auteur du haiku le plus célèbre.

Vieille mare
une grenouille plonge
bruit de l’eau

Bashô

Le haiku recherche “dans le commun, dans l’ordinaire, dans le dérisoire, la source de la poésie et de la beauté.
Je vous propose une courte sélection de haikus de Bashô, Issa (1763-1827) et de Shiki (1867-1902).
Vous retrouverez dans l’anthologie plus de 170 pages de poèmes japonais écrits par de nombreux haijins différents.

Première neige
sur la fleur de narcisse
jusqu’à la ployer

Bashô

Mon gîte au printemps
parce qu’il n’y a rien
de rien je ne manque

Issa

Pleine lune d’automne
les nuages qui vont
vers où se hâtent-ils ?

Shiki

La traduction des haikus japonais requiert subtilité et délicatesse. Les auteurs, Corinne Atlan et Zéno Bianu précisent en effet que le

japonais offre un vocabulaire des plus riches, à la fois flou et extrêmement nuancé. Il décline le monde avec autant de subtilité que le français mais sur un mode plus énigmatique.

Haikistes contemporains

Corinne Atlan et Zéno Bianu

Dans cette anthologie des haikus du XXe siècle, vous constaterez que le poème court japonais évolue au cours du temps.
La contrainte du mot-saison est abandonnée. Les auteurs du XXe siècle souhaitent évoquer des thèmes nouveaux en relation avec les mutations de la société japonaise. Les recueils de poèmes ne comportent plus seulement quatre parties correspondant aux quatre saisons. Une cinquième a été ajoutée, intitulée Hors saison. Le haiku est alors nommé muki-haiku.
Le nombre de syllabes, également, est plus libre dans les haikus d’aujourd’hui.

Les auteurs ont pris le parti de sélectionner des poètes qui ont connu le choc d’Hiroshima ou sont nés après 1945. C’est comme un

portrait serré du Japon de 1945 à nos jours, les interrogations sur l’avenir et le passé côtoient sans cesse un émerveillement quotidien devant la nature et ses manifestations les plus infimes.

Sur la pointe d’une herbe
devant l’infini du ciel
une fourmi

Ozaki Hôsai (1885-1926)

Haiku japonais, fourmi à la pointe d'une herbe
Photo Unsplash

Poèmes courts japonais d’aujourd’hui : exemples

Printemps

J’attends le bus
le printemps est dans l’avenue
qui en douterait ?

Ishida Hakyô (1913-1969)

Vent doux
sur le blé en herbe
je plisse les yeux

Tomiyasu Fûsei (1885-1979)

Été

La mer en été
un seul marin
porté disparu

Watanabe Hakusen (1913-1969)

Entre les feuilles de mûriers
le soleil me terrasse
je rentre à la maison

Mizuhara Shûôshi (1892-1981)

Automne

Autoroutes
les intestins de Tokyo
sous la pleine lune !

Imai Sei (né en 1950)

Un cygne dans le brouillard
ou peut-être…
le brouillard autour d’un cygne

Kameto Tôta (né en 1919)

Hiver

Dans mon sac de voyage
une seule veste
bien moelleuse

Kusama Tokihiro(1920-2003)

Bonne Année !
seule la télévision
me la souhaite

Sumitaku Kenshin (1961-1987)

Hors saison

La mitrailleuse
éclosion d’une fleur rouge
au milieu du front

Saitô Sanki (1900-1962)

Ciel lointain
flotte dans mes pupilles
le visage de ma mère

Terayama Shûji (1935-1983)

Le haiku, un poème condensé, entre émerveillement et mystère.

Vous aimerez également : Impressions d’été de Ying Chen et toutes les Chroniques du défi Lecture – Écriture.

  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze + 9 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.