En savoir plus sur Les Oreilles de Buster, Maria Ernestam

Les Oreilles de Buster peuvent tout entendre. Les Oreilles de Buster ont d’ailleurs été les dépositaires des pires confidences. Votre curiosité est émoustillée ? Vous voulez en savoir plus ? Découvrez le journal intime d’Eva, l’héroïne du roman de Maria Ernestam : Les Oreilles de Buster. Mais attention : vous devrez garder le silence. Vous êtes prêt ?…

Couverture du livre, Les Oreilles de Buster, le roman de Maria Ernestam.
BABEL

Maria Ernestam : la reine de l’incipit

L’incipit, c’est la première phrase d’un roman.

J’avais sept ans quand j’ai décidé de tuer ma mère. Et dix-sept quand j’ai finalement mis mon projet à exécution.

Formidable ! Non ? Nous avons immédiatement envie d’en savoir plus : Comment ? Pourquoi ? Quand ? Quelles conséquences ?

L’incipit de Pattes de velours, Oeil de lynx, au autre roman de Maria Ernestam, est également une pure merveille, un véritable tour de passe-passe. Nous ne nous rendons pas compte tout de suite que tout le roman est là, concentré en quelques lignes.

Retrouvez Pattes de velours, Oeil de Lynx, dans la Chronique 11, Choisir un Roman Court : 3 Propositions.

Eva : des Oreilles de Buster au journal intime

Eva fête son cinquante-sixième anniversaire avec sa famille et ses amis. Retraitée apparemment paisible elle vit avec Sven dans une jolie maison près de la mer. Elle adore les rosiers et le vin rouge.

Anna-Clara (sa petite-fille) s’est présentée avec un mystérieux paquet enveloppé dans du papier rose.

… un journal intime décoré d’un chat assis sous un rosier, reniflant une fleur.

le carnet n’avait de remarquable que la vacuité de ses pages. Elles exigeraient leur lot de sacrifices, de témoignages et de victimes.

Les Oreilles de Buster connaissent l’histoire tragique d’Eva, la petite fille maltraitée par sa mère. Eva le sait, il est temps maintenant de consigner ses souvenirs dans le carnet.

Les confidences d’Eva

Eva attend la nuit et le silence pour s’installer à sa table et prendre sa plume. Alors elle se remémore :

  • les relations douloureuses avec sa mère tyrannique, égocentrique et méchante ;
  • le manque d’amour maternel ;
  • son père, aimant mais faible et soumis aux caprices de sa femme ;
  • les souvenirs d’enfance et d’adolescence ;
  • John…

Un livre parfois drôle, parfois sombre qui nous piège avec des rebondissements surprenants et des révélations inattendues.

Dès le début de la lecture de ce roman de Maria Ernestam de 477 pages nous ne pouvons pas nous empêcher de nous interroger : Eva va-t-elle vraiment tuer sa mère ? Quand ? Comment ?

Vous avez une idée ?

  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 + 19 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.